finisher

Premier long:  80,89 km au GPS avec 1500 m de dénivelé

Suunto Movie - PierreDups - running - March 21st 2015 12:01

On est dimanche matin quelques heures après l’arrivée…La nuit a été compliquée : Impossible de trouver une bonne position entre un dos douloureux, des jambes raides, des pieds engourdis et surtout des pics de fortes températures. Au réveil les draps trempés….la transpiration ne s’arrête pas aussi vite que nous l’espérions. En quelques mots, l’après-course ressemble à un bon état grippal…. 

Petit retour arrière sur la semaine précédant la course: Et ben !  C’était très loin d’être gagné ! Depuis 5j, une laryngite aigüe accompagnée d’un énorme Rhume ne me lâchait pas. Le matin de la course,  le thermomètre indiquait 38°, la gorge ressemblait à celle d’un dragon cracheur de feu et le nez pouvait se comparer aux chutes du Niagara… bref, pas génial pour commencer un 80 km ! Du coté de Steph, les ampoules étaient à peine remises avec un  léger voile de peau en guise de protection… et je ne parlerai pas de son lumbago, quelques jours avant le départ, où je me souviens encore lui donner à manger  à la petite cuillère dans le lit… Mais ce n’est pas cela qui va nous arrêter… donc en avant… et hop hop direction la ligne de départ !

Le climat est frais, idéal pour la course. Je retrouve Florent sur le parking de la piscine. Lui non plus n’est pas dans une situation optimale pour entamer cette course. Sa journée a commencé bien tôt avec une tournée réalisée en trombe. Il a surement déjà dû puiser dans les réserves…! Sur le départ, quelle bonne surprise de voir Jean-Christophe et Christian, venus nous encourager ! Et quelle joie de voir sur le parcours toute l’équipe Rumbasienne, Danielo, Annette, Aurel, Cédric, Olivier, Jean Claude, Jean-Luc, Marie-Claire, Pascal O, Aude, Frédérique, Isabelle, Manon, Alexane et Benji, qui nous aura concocté un programme aux petits oignons sans lequel cela n’aurait pas été possible de réaliser cette course.

12H00 : le départ est donné ! On s’élance pour 80 kilos… Les premiers mètres sont dans un champ où il v_DSC5413aut mieux regarder où l’on met les pieds, pour éviter de se les tordre. Ce serait dommage de choper une entorse et d’arrêter là… Enfin nous arrivons en terrain connu ! Nous retrouvons notre chemin qui contourne la base que nous connaissons par cœur. Au kilo 3, je retrouve Danielo qui m’annonce qu’il fera avec moi les 25 premiers km.  Incroyable ce Danielo ! Cela fait un bien fou d’être à 2 dès le début. Au bout de la Base, on retrouve Cédric et Aurel avec son nouveau vélo J… ainsi qu’Olivier T., Jean-Claude et Christian. Ouah !!! sympa, la Rumba est là…Une fois passée la maison du pêcheur, on remonte tout doucement vers le vélodrome (1ere côte : mais celle-ci aussi, je la connais par cœur :)) pour rallier la gare de Saint Quentin et rencontrer un petit bouchon dû au passage de pont… A présent, nous voici en  direction de  la Minière. La première partie est très roulante. Danielo tient à me rassurer :), en me précisant que nous allons très prochainement rentrer dans le dur, juste après le 1er ravito à Buc au 22ème kilo.

Ce premier ravito se situe dans une école. L’ambiance est bonne enfant. Tout le monde a le sourire et discute beaucoup… mais cela ne va pas durer longtemps ! Juste le temps pour moi d’avaler quelques biscuits, un morceau de cake, une tranche de saucisson et nous voilà repartis, toujours avec Danielo très surpris de ma capacité à avaler autant de chose en si peu de temps … et oui je ne lui avais pas  dit qu’à la maison on m’appelait l’ours… :) dommage, il n’y avait pas de miel car je me serai bien fait une tartine…Allez, hop hop on continuera encore ensemble pendant 3-4 kilo dans cette belle forêt Versaillaise. Merciiii, ce fut génial de commencer cette course avec toi !

Quelques kilos plus tard, je retrouve toute la bande des rumbasiens….ouah cela fait un bien énorme d’autant que cela commence à tirer dans les mollets… juste le temps de faire un petit  clin d’œil aux filles Aude, Aurel, Marie-Claire et un sourire aux hommes Cédric, Jean-Luc, Pascal O, et notre coach de ce défi Fou  Benji qui fera quelques mètres avec moi. Cool ! car même quelques mètres cela fait du  bien …

2015-03-21 17Vers le 43ème , comme il me l’avait promis, je retrouve Pascal M.! C’est pas rien d’être là, un samedi soir ! Un grand merci à Blanche de me prêter son homme pour ces quelques heures… 2 km plus tard, nous arrivons au ravito de Meudon. Pas de solide de prévu (:( ), que de l’eau et en prime un vent glacial… Alors, on ne s’attarde pas malgré un superbe panorama. Juste le temps de prendre une photo de la Dame de Fer au bout de mon index :) et c’est reparti. Prochain ravito dans 10 kilos… chouette, c’est court et cela donne un objectif atteignable. Pascal est aux petits soins et me propose des compotes tous les 5km. Tout doucement on commence à faire nos calculs et pronostics sur l’heure d’arrivée. C’est à ce moment-là que je me rends compte que je suis incapable du moindre calcul. Perte complète de lucidité…vivement le ravitaillement de Chaville au  55km.

Enfin arrivés…  Chouette une bonne soupe. Moi qui déteste les soupes : croyez-moi! mais celle-là… je l’ai adoré! C’est le moment de faire un rapide état des lieux. Pas de bobos majeurs, pas d’ampoules, pas de tendinites, pas de genoux qui grincent, je suis juste crevé, mais ça c’est normal ! J’en peux plus et je veux mon lit…ça c’est normal aussi… donc allez hop hop tout va bien et c’est reparti… « hauts les cœurs, hauts les sabres… la garde meurt mais ne se rend pas » comme disait Napoléon… Mouais, faut peut-être pas pousser non plus mémé dans les orties ! :) ! le cœur y est !

Prochain ravito à Saint-Cloud dans 12 kilos au 67 ème… Pour y arriver, nous sommes à présent dans le noir et… dans le dur et… à la frontale, et… avec encore quelques belles petites côtes avant d’en finir définitivement avec le dénivelé ! Je ne suis  plus du tout au top de ma forme… Je marche de plus en plus dès lors que se présente un dénivelé. J’ai répondu au tél jusqu’ici, mais il m’est impossible de le faire, et notamment répondre à mon frère… (Désolé Luc, tu auras le récit demain… t’avais qu’à t’inscrire avec nous au lieu d’aller skier… lâcheur!) ;-) . Pascal me dira aussi que plusieurs personnes l’ont appelé pour prendre de nos nouvelles, dont Daniel et Josette (merci les amis !)! Ceci étant je n’arrête pas de me dire qu’une fois arrivé à Saint-Cloud, ce sera gagné. On en aura fini des montées. Restera une longue descente et du plat. Pascal ne cesse de m’encourager et de me rassurer. Ravito Saint Cloud 67  km : 2015-03-21 20youpi nous sommes arrivés ! Je trouve une chaise salvatrice… que c’est bon de s’asseoir !.. Sensation oubliée depuis plusieurs heures ! Pascal est toujours là aux petits soins avec le sourire. Il a réussi à passer au-dessus des barrières de sécurité pour me rejoindre au sein du ravito ! Je reprends une soupe sans rechigner et avec un large sourire (dsl maman d’avoir refusé, râlé à chaque fois que tu me proposais une des tiennes pendant 42 ans ! cela aurait peut être été différent si tu m’avais fait courir 67km avant ! :)). Pascal me tend des morceaux de Comté… finalement le fromage passe aussi très bien. Allez ! Il ne faut pas trainer : la Dame de Fer nous attend et il reste 13 kilo ! N’allons pas la décevoir !

Après une longue descente bien casse-pattes, nous arrivons sur les quais. Les côtes sont terminées mais reste les 374 marches …même pas peur ! Reste à en découdre avec les quais de Citroën et de Grenelle, puis traverser l’île des Cygnes avec la réplique de la Statue de la Liberté. Pascal me propose un rythme de 10 minutes de course et une minute de récup’. Ça me convient parfaitement ! Les mollets tirent de folie… Le pont d’Iéna est tout proche, et elle apparait enfin ! elle est là, la coquine…toute en lumière. C’est magnifique !

2015-03-21 21Encore quelques marches, j’entends le speaker, plus qu’une route à traverser. Je passe entre les barrières et je monte sur l’estrade. Pascal est toujours là, juste derrière moi… J’entends des bravos de partout, des applaudissements… et c’est à ce moment que je reconnais les voix d’Alex , Steph, Isabelle, Manon, Fred, Pascal, Jean Claude, Flo…  c’est énorme… je saute les embrasser… la course n’est pas finie…. Reste le premier étage à monter, mais tant pis c’est trop bon …on n’est pas à 5 mn prêt ! Après quelques gros bisous, embrassades, larmes c’est reparti pour gravir les marches de la tour Eiffel. Incroyable, mais l’effort est complètemenARRIVEE PIERRE PASCALt différent de celui imaginé ! Cela se monte relativement sans problèmes majeurs. J’essaye de déguster chaque moment… Je franchis la ligne d’arrivée !!! C’est fait ! Je suis heureux, le sourire aux lèvres,  mais pressé de retrouver tout le monde en bas !! Ils auront été bien courageux de m’attendre pendant si longtemps.

La médaille autour du cou, on me donne le t-shirt finisher 80km. Il est superbe ! Direction l’ascenseur pour descendre... Les plus motivés descendront par les marches mais pas moi !! :)  Arrivé en bas, je retrouve le groupe… difficile de retenir les larmes !

Un Grand Merci à vous tous (j’espère vous avoir tous cités ! ne m’en veuillez pas si vous ne vous voyez pas, mais je medaillemanquais parfois de lucidité !) et une mention spéciale à mes deux accompagnateurs : Danielo  sur le 27 premiers kilo et Pascal qui m’aura supporté, porté, encouragé, motivé dans les moments de creux (et il y en a eu… !)  pendant plus de 40km jusqu’au final grandiose où la Dame de Fer nous attendait illuminée de plein feux!

Pierre